Né sans pénis, il a enfin pu faire l’amour, à 45 ans, grâce à une prothèse bionique: «C’est si gros!», s’exclame sa compagne, visiblement ravie

Andrew Wardle, 45 ans, est enfin un homme comblé ! Cet Anglais de Manchester, né sans pénis (mais bien avec des testicules) à cause d’une malformation congénitale qui touche une personne sur 20 millions, a enfin pu faire l’amour avec sa compagne Fedra (28 ans), avec qui il est en couple depuis plusieurs années. Ensemble, il n’avait jamais pu avoir de véritables relations sexuelles avec pénétration. L’homme était ainsi toujours vierge.



« Le sexe n’est pas la seule façon d’avoir du plaisir. Nous avions fait tout ce que nous pouvions faire… Mais il y avait toujours un moment où nous devions nous arrêter » explique Fedra.

out a changé en juin dernier grâce à une opération qui a duré 10 heures. Les chirurgiens ont implémenté à Andrew une prothèse recouverte avec de la peau prélevée de son bras et avec des nerfs issus d’une de ses jambes, qui a coûté la modique somme de 50.000 livres (56.000 euros). Maintenant, l’homme a des attributs qui ressemblent à un vrai pénis. « Je suis tellement content », dit-il.

Selon Andrew « l’engin » est « vraiment ridiculement grand », rigole-t-il. Sa petite amie, visiblement ravie, est d’accord : « Oh oui. C’est si gros ! »

Pour avoir des relations sexuelles, Andrew doit appuyer sur un petit bouton pour activer la pompe et ainsi gonfler son pénis.

Mais tout n’a pas été rose les premières semaines après l’opération. Il y a eu évidemment de très nombreuses douleurs, mais l’homme a aussi dû faire face à une érection qui a duré 10 jours (!). Et il n’a évidemment pas pu « utiliser » son engin tout de suite. Ce n’est qu’après six semaines d’attente qu’il a enfin pu faire l’amour avec sa compagne, mettant fin dans son cas, à 45 ans d’attente.

« Fedra avait réservé un voyage romantique à Amsterdam pour mon anniversaire », raconte-t-il pour évoquer sa « première fois ». « Mais je pensais que la pression serait trop grande. Je devais tester la fonction chaque matin et chaque soir et le maintenir en érection pendant 20 minutes. Et puis un matin, deux jours avant notre voyage, c’est arrivé. C’était amusant et spontané. Totalement comme je le voulais. »

Ce premier rapport a duré une demi-heure, et selon sa petite amie, c’était « incroyable ». « Il savait bien ce qu’il faisait » sourit-elle. « C’était une célébration de notre amour. Son pénis semble normal, il fonctionne juste un peu différemment », explique Fedra.


En plus, avoir un pénis bionique a certains avantages. « C’est fantastique – pas besoin de s’inquiéter de Viagra ou du vieillissement » dit-elle. « Il peut même le faire quand il est saoul ».

Si Andrew compte bien rattraper toutes ces années perdues, le couple pense maintenant à concevoir un enfant. « Nous aimerions en avoir, deux idéalement, même s’il n’y a pas de précipitation. On m’a demandé il y a quelque temps si je voulais faire un test de fertilité mais j’avais refusé. Je pensais que c’était une pression supplémentaire sur tout le reste avec la chirurgie, mais je le ferai à un moment donné. Si nous ne pouvons pas avoir d’enfants naturellement, nous adopterons. »

Source: The Sun