Alors qu’elle venait de se faire une chirurgie esthétique, elle se réveille en train de se faire violer par le docteur

En Russie, un anesthésiste a été condamné à 3 ans de prison pour avoir violé une de ses patientes qui était toujours paralysée par les médicaments, mais bien consciente de ce qui se produisait.

Le Dr Yury Chernikov, un homme marié âgé de 60 ans, a poussé l’horreur jusqu’à offrir une barre de chocolat à sa victime et une pilule du lendemain à sa victime après le viol.

La victime de 33 ans, une designer de mode nommée Erika Bykova, s’était rendue dans une clinique de chirurgie esthétique afin de faire modifier l’apparence de sa poitrine. Celle-ci a décidé de renoncer à son droit à l’anonymat afin de déclarer publiquement que la relation sexuelle entre elle et Chernikov n’était aucunement consentante, alors que l’agresseur prétend le contraire.

La jeune femme a notamment indiqué que tout au long de la relation, même si celle-ci était absolument consciente de ce qui se produisait, elle était dans l’impossibilité de donner son approbation ou même de se défendre puisqu’elle était encore paralysée par l’effet des médicaments.

Les preuves retenues contre le docteur ont fait en sorte que la cour l’a condamné à 3 ans et 2 mois de prison. Il s’agit d’une sentence réduite, puisque le médecin a offert une compensation financière d’une dizaine de milliers de dollars.

Pour sa part, la Couronne espérait obtenir 5 ans de prison contre le docteur.

Suite au procès, la victime n’a pas hésité à célébrer publiquement le verdict de culpabilité concernant son agresseur. Erika dit espérer que son histoire serve d’exemple à d’autres femmes qui ont subi le même genre d’horreurs.

Tout au long de l’agression qu’elle a subie, Erika gémissait afin de signifier son désaccord, mais l’homme continuait à poser ses mains sur son corps.

Le docteur avait même osé se justifier en expliquant qu’il avait pratiqué du sexe oral sur la victime et que celle-ci n’avait pas refermé ses jambes alors qu’il prétend qu’elle en avait la capacité.

L’agresseur avait aussi confié avoir été saisi de remords suite à la relation sexuelle, étant donné qu’il ressentait une énorme culpabilité quant au fait d’avoir trompé sa femme.

Enfin, la victime a expliqué qu’elle avait pris soin de conserver un échantillon du sperme de l’agresseur afin de le remettre aux forces de l’ordre.

Source: Dailymail