Après avoir fini de boire sa canette de Coca-Cola, il trouve une souris à l’intérieur: Damien craint pour sa santé

Il est souvent conseillé de ne pas boire une canette à même le métal, car il est connu que des rats errent parfois dans les entrepôts, et peuvent grimper sur les canettes.

Mais ce qui est arrivé à Damien est encore bien pire. Le 7 mars dernier, il a commandé un Coca-Cola en plus de sa pizza, pour le repas de midi, rapporte Le Parisien, qui a publié son témoignage sur YouTube. Il ne la boit que de retour chez lui.

« La canette terminée, je la vide pour éviter que le fond ne coule dans la poubelle, raconte celui qui habite en région parisienne, à Varenne-sur-Seine (Seine-et-Marne). Et là, je me rends compte qu’elle n’est pas vide. Je vois une patte de rongeur. »

Choqué, le Français de 34 ans contacte la firme américaine, qui ne le croit pas sur parole et affirme que cela ne peut pas venir d’eux. « Ils m’ont demandé de leur envoyer la canette pour procéder à des analyses, mais hors de question, prévient Damien. À partir du moment où je leur envoie je n’ai plus de preuve. » Pour ne pas que celle-ci s’altère, il l’a depuis placée au congélateur, solidement enrubannée. Pire, Coca Cola lui propose un bon d’achat pour le dédommager, ce qui ne lui plaît pas du tout.

Depuis, le père de famille craint surtout pour sa santé. « Je suis sous surveillance durant 21 jours, et si je ressens un état grippal, je dois me présenter à l’hôpital », a-t-il confié, avec la peur de pouvoir être atteint de leptospirose. « Tous les mammifères sont porteurs de la bactérie pathogène, mais surtout les rongeurs qui l’évacuent par les urines  », explique le docteur Picardeau, joint par Le Parisien. Toutefois, celui-ci pense que la bactérie ne devrait pas survivre à du Coca.

L’entreprise reste quant à elle fixée sur ses positions. Coca-Cola assure que les canettes sont « systématiquement retournées et rincées par de puissants jets, et font l’objet d’un contrôle constant garantissant leur parfaite hygiène » et « attend de recevoir des éléments de la part du consommateur pour procéder à des investigations approfondies. Aujourd’hui il nous est impossible d’établir la véracité de cette information ».

Et pourtant, cette souris est bien entrée à un moment dans la canette qui a terminé dans les mains de Damien…