Elle accepte de rencontrer son ex-compagnon pour discuter de la garde des enfants, mais elle ignorait qu’il avait apporté un couteau avec lui…

La séparation entre Sarah et Paul a viré au drame lorsque l’homme a mortellement poignardé sa femme lors d’une rencontre au palais de justice.

Sarah Thomas, 33 ans, et Paul Turner, 43 ans, s’étaient rencontrés sur Internet et s’étaient rapidement attachés l’un à l’autre. Un mariage, deux enfants et une vie de couple à Perth, en Australie, avant un lent basculement dans des conflits quotidiens et des visions de la vie différentes. Si bien qu’après huit années de vie commune, et des mois de disputes, Sarah avait pris la décision de quitter son mari en emmenant les deux petits, âgés de 4 et 7 ans.

Pensant pouvoir gérer la séparation entre adultes, Sarah et Paul avaient décidé de se partager la garde des enfants. Un accord cependant remis en cause à cause du comportement et des menaces du quadragénaire, obligeant la jeune femme a demandé à son avocat de lui obtenir la garde complète. Une première tension dans l’ancien couple à laquelle un problème d’argent est venu s’ajouter : Paul affirmait que Sarah lui devait 2.000 dollars.

Alors à l’approche des fêtes, pour « calmer les ardeurs » et savoir combien de temps il pourrait passer avec ses enfants, Paul avait convenu d’une rencontre avec Sarah dans un palais de justice local. Une rencontre pour discuter organisée le 20 décembre 2016, cinq jours avant Noël, avec le service de médiation. Sauf que ce que personne ne savait, c’est que l’homme avait introduit dans le plus grand secret un grand couteau de cuisine…

Sur les images des vidéos de surveillance capturées ce jour-là, on peut voir Paul assis dans la salle d’attente tenant un classeur à levier. Un objet auquel il prête énormément d’attention, regardant à plusieurs reprises à l’intérieur. Selon les médias britanniques, c’est dans celui-ci ou dans la poche de son short qu’était cachée son arme.

Paul et Sarah sont ensuite entrés dans la salle de réunion avec un greffier du palais de justice. Ils ont commencé à discuter des 2.000 $ que l’homme estimait lui être dus, ce à quoi la jeune femme s’est opposée. Face à cette réaction, Paul est passé au-dessus de la table et a poignardé son ex-compagne à six reprises, dont trois fois dans le cou, sous le regard horrifié du greffier. Ce dernier est sorti de la pièce en criant au secours et Paul l’a suivi. Mais au lieu de fuir la scène, le quadragénaire s’est posé contre un mur et s’est laissé tomber au sol. Lorsque les agents de sécurité sont arrivés, ils se sont précipités dans la pièce de réunion et y ont trouvé Sarah dans une mare de sang.

Lors de l’enquête, les policiers ont découvert que l’homme s’était entraîné aux techniques meurtrières des commandos. Pendant environ trois ans, trois jours par semaine, il avait appris à couper une artère et à dissimuler un couteau.

Lors de sa défense, Paul a affirmé que les seuls souvenirs qu’il avait de cette journée, c’était d’être à la maison avec ses enfants puis d’être au poste de police les mains couvertes de sang. Pour tenter de justifier son acte, l’homme a également précisé avoir eu un accident de travail qui lui causait de graves maux de tête et des pertes de mémoire.

Il a donc plaidé non-coupable lors de son procès. La défense avait expliqué qu’il aurait été « dingue » de commettre un tel acte avec autant de témoins, ce qui prouvait sa démence. Un argument balayé par l’accusation pour qui l’acte était clairement planifié.

En août 2019, les jurés ont eu la possibilité de déclarer que Paul n’était pas sain d’esprit lorsqu’il avait tué son épouse mais étaient arrivés à la conclusion qu’il était coupable de meurtre. Après un long procès, les proches de Sarah ont donc vu le meurtrier de la jeune femme condamné à la prison à vie.

Source: Mirror