En Allemagne, la gueule de bois est reconnue officiellement comme étant une maladie

La fameuse gueule de bois: Un phénomène qui est arrivé au moins une fois à tout le monde ou presque. Un lendemain difficile, après avoir un peu trop bu d’alcool, souvent synonyme de journée gâchée pour la plupart d’entre nous. Dans certains cas, elle peut être tellement forte qu’elle peut vous clouer au lit pendant une journée entière. Certains individus ont même besoin de 2 jours pour s’en remettre.

En lisant cette description de la gueule de bois, on a l’impression que ça se rapproche de la description d’une maladie comme un rhume ou une gastroentérite. Alors, est-ce que la gueule de bois peut être considérée comme une maladie ? Si les avis peuvent varier, l’Allemagne a, quant à elle, décidé que cela en était bien une. En effet, c’est la cour de Francfort qui a rendu cette décision après avoir été saisie pour statuer sur la légalité d’une publicité promouvant une boisson qui se disait efficace pour soigner les gueules de bois.

Les juges allemands ont expliqué qu’un produit alimentaire ne peut pas être vendu comme étant un médicament ou comme prétendant prévenir les effets d’une quelconque maladie. Ils ont par la suite défini le terme maladie en disant qu’il s’agissait d’un dysfonctionnement temporaire du corps humain. Force est de constater qu’on n’est pas les mêmes lorsqu’on a une gueule de bois. D’où la décision des juges allemands qui viennent de considérer officiellement la gueule de bois comme étant une maladie. 

Ainsi, l’entreprise en question ne pourra plus utiliser comme un argument de vente le fait que leur boisson est une cure contre la gueule de bois. Reste à savoir, si des médicaments efficaces existent pour soigner cette maladie et s’il les entreprises allemandes vont autoriser leurs employés à prendre des congés maladie pour qu’ils puissent soigner une vilaine gueule de bois. Ça, c’est une tout autre histoire. Pour les intéressés, la fête de la bière de Munich, le fameux Oktoberfest, a lieu cette année du 21 septembre au 6 octobre prochain.

Source: Le Parisien