Il se fait retirer une tumeur de la taille d’un ballon de football qui était dans son cou.

Un homme du New Jersey a subi une opération qui consistait à lui retirer une tumeur cancéreuse de la taille d’un ballon de football qui s’était formée dans son cou.

L’homme de 81 ans nommé Milton Wingert, qui est un électricien à la retraite, avait reçu un diagnostic de sarcome pléomorphe, un type de cancer des tissus mous, six mois auparavant.

La masse est rapidement passée d’une petite bosse à une masse qui mesurait près de 20 cm.

Wingert a consulté deux médecins différents pour enlever la tumeur, mais les deux ont annulé les chirurgies avant qu’elles aient eu lieu parce que la procédure était jugée comme étant trop risquée.

C’est un médecin de New York qui a accepté d’effectuer l’opération, craignant que si la tumeur n’était pas enlevée d’ici peu de temps, Wingert pourrait s’étouffer à mort.

Le frère de Wingert, Vern, a déclaré que Wingert a remarqué pour la première fois une bosse de la taille d’une balle de ping-pong sur son cou. Quelques semaines plus tard, il apprenait le diagnostic de tumeur.

Wingert affirme qu’au début, il ne s’était pas inquiété de la masse, mais lorsque celle-ci n’y a commencé à prendre de l’expansion, il a enfin décidé d’aller consulter un spécialiste. Il a rapidement reçu un diagnostic de cancer.

Le sarcome pléomorphe est un cancer des tissus mous qui se développe assez rapidement, souvent en quelques semaines ou quelques mois.

Ces tumeurs sarcomes se produisent le plus souvent dans les bras ou les jambes, mais peuvent se propager à diverses zones du corps, y compris les poumons et le foie.

Le traitement implique d’abord la chirurgie pour enlever la tumeur suivie de la radiothérapie et/ou la chimiothérapie.

Cette forme de cancer est si rare qu’il n’y a pas de statistiques claires documentant le nombre de cas, mais l’American Cancer Society estime que plus de 12 700 sarcomes des tissus mous seront diagnostiqués aux États-Unis en 2019.  

De ce nombre, près de la moitié des patients devraient mourir. On parle ici d’un peu plus de 5000 personnes. 

Vern a dit que lorsque son frère sortait en public, il portait souvent un mouchoir afin de cacher la tumeur: « Nous pouvions voir des enfants pointer vers lui en se demandant qui était ce type et qu’est-ce qui se passait avec lui ».

Il y a cinq mois, Wingert a rendu visite à un médecin à Jersey City afin de prendre rendez-vous pour enlever la tumeur, qui était, à l’époque, de la taille d’une petite pomme.

Vern poursuit en expliquant: « Il s’est présenté à l’hôpital et on lui a dit à l’hôpital que le médecin avait annulé l’opération parce que c’était trop risqué ».

Puis, en septembre, Wingert était parvenu à obtenir un rendez-vous pour une autre chirurgie avec un autre médecin à Hackensack, mais la procédure a été annulée deux jours avant la date prévue.

Les deux chirurgiens étaient inquiets parce que la tumeur s’était formée autour de l’artère carotide, un vaisseau sanguin important dans le cou qui fournit le sang au cerveau, au cou, et au visage.

Dans l’éventualité où l’artère aurait été accidentellement coupée, Wingert serait mort.  

Le deuxième médecin de Hackensack a ensuite contacté le Dr Nazir Kahn, chirurgien de la tête et du cou à l’hôpital Mount Sinai, qui a accepté d’effectuer l’opération.

Le Dr Kahn explique: « Quand je l’ai vu, je me suis dit: « Il ne peut pas vivre de cette façon ». Je me suis dit qu’il ne survivrait pas longtemps si on ne l’enlevait pas ».

La tumeur mesurait alors près de 20 cm. La largeur était d’environ la taille d’un ballon de football.

Dr Khan, qui ne cache pas qu’il s’agit de la plus grande tumeur qu’il ait jamais opérée, a déclaré que si la tumeur avait continué à croître, Wingert aurait pu suffoquer à mort.

L’opération, qui a été effectuée le 5 novembre, a duré environ sept heures. Le Dr Khan a dit qu’il avait prévu devoir effectuer une reconstruction du cou du patient, mais l’opération n’a finalement pas été nécessaire.

Wingert est maintenant en convalescence à la maison, mais il devra désormais subir des traitements de chimiothérapie et de radiothérapie.

Source: DailyMail