La famille a dépensé plus de 1 460 euros pour des sièges qui n’existaient pas, elle a passé un vol par terre

Paula Taylor, son mari et leur fille de 10 ans ont connu un retour de vacances mouvementé, en juin dernier. Alors qu’ils venaient d’embarquer dans l’avion qui devait les ramener de Minorque à Birmingham, au Royaume-Uni, ils ont découvert que les sièges qu’ils avaient réservés n’existaient pas. 


© Paula Taylor.

En arrivant aux places 41 D, E et F qui étaient indiquées sur leurs billets, les trois passagers n’ont en effet rien trouvé. « Quand on a vu qu’il n’y avait pas de sièges, on s’est regardé et on s’est demandé où ils étaient passés », a raconté Paula Taylor dans l’émission « Rip-Off Britain: Holidays », diffusée sur BBC One. Pourtant, la famille avait bien déboursé un peu plus de 1.460 euros pour voyager sur ce vol de la compagnie TUI.

Brooke, la petite fille du couple, a pu s’asseoir sur le dernier siège libre de l’appareil tandis que ses parents ont été invités à s’installer sur les strapontins réservés à l’équipage. Mais au vu des nombreux allers-retours du personnel de cabine qui devait accéder aux chariots de nourriture situés derrière eux, Paula et son mari ont finalement dû s’installer par terre. 

Durant le vol, le copilote est venu les remercier de leur coopération. « Il nous a remerciés d’avoir été si calmes, sans quoi nous n’aurions pu décoller à l’heure. Je lui ai répondu que c’était très inconfortable et sale, et que je n’espérais pas répéter cette expérience », a encore expliqué Paula.

À son retour, la mère de famille a contacté la compagnie aérienne, qui a nié tout incident, et a proposé de lui offrir un bon d’achat de 33 euros. Elle a alors contacté l’émission de la BBC dans l’espoir d’obtenir un dédommagement. 


Depuis, TUI a expliqué que l’incident était dû à un « changement d’appareil de dernière minute » qui « n’assurait pas la configuration des places initialement prévue », et a promis de rembourser l’entièreté des billets de la famille Taylor. « Nous nous excusons sincèrement pour la façon dont la situation a été gérée », a ajouté la compagnie.