Une étude vient de démontrer qu’il existe des vagins dépressifs et de nombreuses femmes en souffrent

Une nouvelle étude vient de démontrer qu’il existerait bien des vagins dépressifs. Ainsi, cela pourrait affecter la manière dont ces femmes ont des relations sexuelles, mais aussi de la manière dont elles gèrent leurs menstruations. Un phénomène plutôt rare qui est pourtant bien réel et surtout très douloureux.

Ce phénomène du vagin dépressif est connu également sous le nom de vulvodynie. Selon les informations de Wikipédia, « la vuvlvodynie est un inconfort vulvaire chronique, le plus souvent à type de brûlure, sans lésion visible pertinente et sans maladie neurologique cliniquement identifiable ». Une description très juste parce que c’est exactement les symptômes dont se plaignent les femmes aux vagins dépressifs. 

Le plus dur dans cette histoire, c’est que ce phénomène fait vraiment mal aux femmes qui en sont atteintes. Elles ressentent énormément de douleur lorsqu’elles font l’amour et il est également très difficile pour elle de pouvoir porter des tampons lorsqu’elles ont leurs menstruations. Il s’agit donc d’un véritable calvaire. 15% des femmes dans le monde ont le vagin dépressif.

Malheureusement, il n’y a pas vraiment de solution à ce phénomène du vagin dépressif. Pour arranger cela, les femmes peuvent privilégier les culottes 100% coton et privilégier les produits hygiéniques (savon, gel douche, etc.) sans odeur. Un groupe d’étude de Portland aux États-Unis recommande de faire des séances de groupe entre femmes aux vagins dépressifs. Cela aiderait à les soigner mutuellement en parlant de leurs problèmes. Ainsi, il y aurait une part de psychologie dans ce phénomène. Quoi qu’il en soit, on espère que toutes les femmes qui ont le vagin dépressif vont pouvoir un jour s’en sortir.

Source: Mirror