Une femme a subi une double mastectomie et de la chimiothérapie, puis elle apprend qu’elle n’a jamais eu de cancer du sein.

Une jeune mère qui a dû subir une double mastectomie ainsi que de la chimiothérapie suite à un diagnostic de cancer du sein a découvert qu’elle n’avait jamais atteint du cancer.

C’est en 2016 que la mère de 28 ans nommée Sarah Boyle apprenait par l’équipe médicale du Royal Stoke University Hospital, en Angleterre, qu’elle souffrait d’un cancer du sein.

Alors que la mère avait accouché récemment et qu’elle tentait d’allaiter son nouveau bébé, celle-ci s’était rendue à l’hôpital, car elle ne comprenait pas pourquoi son enfant avait soudainement décidé de refuser de se nourrir. Les médecins avaient donc fait subir à la mère une biopsie ainsi que divers examens médicaux pour ensuite lui apprendre qu’elle était probablement atteinte d’un cancer déjà avancé.

Les mois suivants ont été très éprouvants pour la mère, étant donné la double mastectomie qu’elle a subie ainsi que les traitements très éprouvants de chimiothérapie.

Or, au moment où la mère commençait tout juste à se remettre de ce cauchemar, un autre très mauvais rêve allait la surprendre. La mère explique: « Se faire dire que l’on a le cancer, c’est terrible, mais passer à travers tous les traitements et les opérations pour ensuite se faire dire que ce n’était pas nécessaire, c’est traumatisant. Comme si ce n’était pas suffisant, je suis désormais inquiète que mes implants mammaires puissent augmenter le risque de cancer dans les années à venir. »

L’hôpital a tenu à transmettre ses excuses à la mère tout en précisant que des correctifs seraient apportés afin d’éviter qu’une telle situation ne se reproduise. À cet effet, une porte-parole de l’hôpital a déclaré: « Une erreur de diagnostic comme celui-ci est exceptionnellement rare, et nous sommes conscients des impacts dévastateurs que cela a pu avoir pour Sarah et sa famille. La déclaration erronée des résultats de la biopsie était une erreur humaine, alors pour ajouter une étape de sécurité, tous les cancers invasifs seront désormais révisés par un deuxième spécialiste ».

Enfin, selon l’une des avocates de Sarah Boyle, Me Sharples, sa cliente est bien décidée à obtenir justice dans cette affaire et ce ne seront pas de simples excuses de l’hôpital qui calmeront sa colère. « Il s’agit d’un cas particulièrement choquant dans lequel une jeune mère a dû faire face à des nouvelles dévastatrices et à une période de traitements intensifs pour, au bout du compte, apprendre que c’était inutile ».

Source: LCI