Une photographe a levé le voile sur un centre qui prétend pouvoir « guérir l’homosexualité » : C’est un véritable cauchemar pour ces gens

Malheureusement de nos jours beaucoup trop de gens croient encore que l’homosexualité et une maladie et que cela se « soigne ». Toutefois, les gens sains d’esprit savent qu’il n’en est rien et que l’homosexualité est loin d’être une maladie comme certains le prétendre.



Une photographe a levé le voile sur un centre qui prétend pouvoir « guérir l’homosexualité » et comme vous allez le voir à travers les photos qu’elle a captées dans ce centre, c’est complètement horrible ce qu’on fait subir à ces pauvres gens tout simplement en raison de leurs préférences sexuelles.

Paola Peredes est une photographe équatorienne qui a récemment publié une série de clichés chocs sur les cliniques « qui soignent l’homosexualité » dans le pays.

Avec la complicité de ses parents, la photographe qui est également lesbienne a réussi à s’infiltrer dans un de ces cliniques pour voir ce qu’il se passait. Son but premier était d’avertir l’opinion publique sur la violence de ces institutions.

Avant de pénétrer dans l’une d’entre elles, Paola a passé des mois à faire des recherches et à interroger des anciens patients. La visite de la clinique a été une expérience douloureuse pour pour Paola: « Honnêtement j’étais terrifiée, je transpirais tout le temps ».

Elle s’est choisie comme modèle pour récréer les scènes chocs auxquelles elle a assisté. Parmi elles, les humiliations, la torture, la nourriture immonde, les passages à tabac, les viols..

« Mon objectif était de faire fermer ce genre de clinique mais j’ai vite réalisé mais c’était très naïf. » déclare-t-elle. « Ils opèrent comme une mafia, c’est un immense réseau et il y beaucoup de corruption ».


« La seule chose que nous pouvons faire est d’éduquer les gens. Leur apprendre la tolérance. Parvenir à en les sensibiliser avec mes photos. Mais ça me frustre de savoir que ce n’est peut-être pas assez. » ajoute Paola.

L’homosexualité est légale en Equateur depuis 1997. Cependant, toutefois une centaine de cliniques de ce type existe toujours dans le pays.

C’est horrible de voir que de nos jours des gens sont maltraités en raison de leurs préférences sexuelles et que des gens sont convaincus qu’ils sont « malades » alors qu’on devrait se demander qui sont plutôt les malades qui tentent de guérir des gens qui n’ont pas de maladies…

Source: DailyMail